Connexion

Connexion

Hypocreopsis rhododendri   Thaxter

Robert Cazenave

 Le 12  avril 2015

 

Voilà un champignon étrange qui ressemble à une main qui semble vouloir « empoigner » les branches qu’il envahie. Malgré cette forme très particulière, l’identification de cette espèce n’est pas forcement facile, car elle a un presque sosie : Hypocreopsis lichenoides. Seul un examen microscopique peut lever tout doute (1).
Hypocreopsis rhododendri est une espèce relativement rare, signalée au Etats-Unis et au canada. Elle existe en Europe surtout dans les forêts humides d’influence atlantique. En France, elle semble cantonnée dans le sud-ouest. En Bigorre et surtout en Béarn, elle n’est pas très rare dans les forêts assez humides en plaine comme en montagne. Son nom vient du fait qu’au Etats-Unis cette espèce pousse sur Rhododendron maximale. En France on la trouve généralement sur noisetier (Corylus avellana), alors que Hypocreopsis lichenoides semble préférer nettement le saule (Salix).
On a pendant longtemps imaginé qu’il s’agissait d’espèces saprophytes. De nos jours on sait qu’en réalité ces deux Hypocreopsis sont des parasites d'espèces d’Hymenochaete. Ce qui semble constant c’est que H. lichenoides parasite Hymenochaete tabacina et H. rhododendri parasite la très commune Hymenochaete corrugata.

Hypocreopsis rhododendri 1 Hypocreopsis rhododendri et Hymenochaete corrugata sur Corylus (noisetier)


Ainsi la boucle pourrait sembler bouclée : Sur noisetier pousse Hymenochaete corrugata parasité par Hypocreopsis rhododendri et sur saule pousse Hymenochaete tabacina parasité par Hypocreopsis lichenoides.
Pas si simple !! Hymenochaetes tabacina peut aussi pousser sur noisetier boulot et épicea. Aujourd'hui nous n'avons jamais observé son parasite sur de tels supports. D'autre part, si H. corrugata semble venir très facilement sur noisetier, il peut aussi se propager sur les arbres voisins par simple contact entre branches (voir article sur cette espèce). En effet, une branche de noisetier envahie par H. corrugata est souvent collée à tout son entourage, feuilles mortes, fougères, lierre et bien sûr sur de nombreuses essences de bois environnantes. 

Ainsi, par cette méthode de propagation, Hymenochaete corrugata peut être retrouvé sur diverses essences, et H. rhododendri peut également s’y trouver en suivant son hôte dans son voyage pour continuer à le parasiter. Ainsi nous avons découvert dernièrement le couple sur Salix (saule), le 02 mars 2015 à Arbus (64), et nouveauté (non signalé sur la littérature) sur Buxus sempervirens (buis) le 29 mars 2015 à Accous (64). Dans les deux cas, nous avons noté que ces supports avaient été envahies par Hymenochaete corrugata depuis des noisetiers en contact avec leur branches…


H rhododendri sur Salix

Hypocreopsis rhododendri et Hymenochaete corrugata sur Salix (saule).

H rhododendri sur Buxus

Hypocreopsis rhododendri et Hymenochaete corrugata sur Buxus (buis).

(1) Différentiation microscopique :
Hypocreopsis lichenoides a des spores de 20-30 x 7-10 µm ellipsoïdes à fusiformes uniseptées (elles sont coupées en deux seulement) et légèrement verruqueuses alors que Hypocreopsis rhododendri a des spores subglobuleuses très verruqueuses de 12 x 17 x-12- 13,5 µm souvent regroupées en chapelet.

Texte et photo Robert CAZENAVE